Les fêtes

Je n’aurais jamais pensé être dans cette situation, pour moult raisons, mais j’ai passé mon deuxième Noël enceinte d’affilée cette année. Mais alors qu’en 2017, j’étais enceinte jusqu’au cou et que je trimbalais mon ventre de baleine ostensiblement, cette année il a fallu la jouer fine… alors que les fêtes sont minées de pièges à femme enceinte.

Je crois que je m’en suis plutôt bien tirée. Bon, il faut avouer que je ne suis pas hyper stressée niveau alimentation.Ce sujet étant ultra sensible, je précise que ces propos n’engagent absolument que moi, que je ne suis pas totalement inconsciente et me suis donc renseignée sur le sujet auprès de médecins, et que, finalement, ce sont MES choix, je suis assez grande pour les assumer.

Je sais qu’il y a débat sur le foie gras, mais pour moi, s’il a été cuit et stérilisé, j’estime que c’est ok. A moi donc les toasts de foie gras au pain d’épice! (par contre, j’ai passé sur le mi-cuit proposé chez ma mère… qui a lourdement insisté « oui, elle ne peut pas en manger »… bref, grâce à sa discrétion légendaire, mon frère -enfin, sa femme- a fini par comprendre).

Je me suis accordée une gorgée de champagne à Noël, et même une petite coupe au nouvel an (pas taper hein! j’ai parlé avec mon père médecin de la question, il m’a expliqué que les consignes très strictes sur l’alcool, c’est parce que toutes les femmes n’ont pas la même notion de ce qu’est « un peu d’alcool » – ce que, entre nous, je trouve hyper paternaliste de la part du monde médical- Cette information m’a également été confirmée par mon endocrinologue, qui m’a assurée qu’un demi-verre de vin toutes les 2 semaines n’avait aucun impact. Je précise que je suis bien loin de m’accorder ces quantités d’alcool!) .

Pour le reste, adieu le saumon fumé (snif), les charcuts et fromages qui puent (alors que Dieu sait que je voue un culte au Saint Nectaire et au fromages bleus en général)… Comme chez mon beau-père, le repas est servi sous forme de buffet, c’était assez facile d’esquiver les pièges. En revanche, chez ma mère (toujours), dur de zapper le dîner au super saumon fumé rapporté par mon frère… Étant donné qu’il avait déjà compris, j’ai pu discrètement me bourrer de blinis au tzatziki et refiler discrètement les tranches de saumon à mon mari.

Ce que je redoutais le plus était finalement le réveillon du nouvel an… Et finalement, je ne pense ne pas trop m’être fait griller! Une femme enceinte « officielle » était parmi nous, le repas était donc prévu « femme enceinte compatible » (du saumon fumé, oui, mais de chez Picard : la surgélation industrielle, plus froide que la simple congélation maison, permet de tuer les bactéries responsables de la listériose et de la toxoplasmose, du fromage au lait pasteurisé, un dessert sans œufs crus). Tout ça et ma petite coupe de champagne (toujours pas taper hein, je parle de la même que tout à l’heure!) ont permis de faire illusion. Certains doivent peut-être se douter de quelque chose, mais ainsi que le dit mon mari, on a l’avantage de la rapidité, les gens doivent se dire que je ne dois pas être enceinte SI tôt après la Merveille.

Bref, j’ai survécu aux fêtes, sans que notre petit secret ne soit (trop) révélé (je vous rappelle que mon frère et sa femme ont compris). Bientôt l’écho du premier trimestre… J’avoue que j’ai hâte et que j’appréhende un peu (cette histoire de menace de CMV reste encore présente. Je sais que la menace est écartée pour les médecins …et si l’écho révélait une anomalie quand même?…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s